dimanche 29 mars 2009

Repères biographiques

Gilbert BELIN est né le 22 octobre 1927 à Clermont-Ferrand, dans une famille où les beaux-arts étaient appréciés et cultivés. Ses parents pratiquaient en effet aquarelle et calligraphie, ce qui n'a pas été sans effet sur sa vocation artistique. La sculpture en particulier l'attire et c'est assez logiquement, mais non sans un peu de trac comme il le racontera par la suite que Gilbert BELIN s'inscrit à l'Ecole des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand à la fin des années 1940.

L'école est alors dirigée, depuis 1943, par le peintre et fresquiste Louis DUSSOUR (1905-1986) qui restera en poste jusqu'en 1948. L'équipe pédagogique est composée de professeurs dont certains, un peu plus âgés que leur directeur, jouissent d'une réputation enviable : tel Alfred THESONNIER (1989-1973) (cours supérieur de dessin et modèle vivant), Ferdinand CLEMENSAC (1885-1970) (peinture) : ou fort honorable comme Raoul MABRU (1882-1957) (sculpture) ou Gustave GOURNIER (1903-1986) (sculpture, modelage) ; ou bien encore peu connus : ainsi du jeune architecte ValentinVIGNERON (1908-1973), proche de DUSSOUR et recruté en 1944. L'enseignement, qui reste classique (importance du dessin, poids de la composition, etc.), est dispensé avec sérieux et probité sous l'impulsion d'un directeur dont tous s'accordent à reconnaître les qualités humaines et pédagogiques. Bien des années plus tard Gilbert BELIN rendra hommage à ces professeurs, tout particulièrement à DUSSOUR, THESONNIER et, plus encore, GOURNIER dont, parce qu'il se destine à la sculpture, il suivra la classe avant de devenir son élève particulier. Les cinq années qu'il passera dans son atelier seront un "grand bonheur".
La paix revenue, la vie culturelle clermontoise montre une belle vitalité. Que ce soit à l'École des Beaux-Arts avec DUSSOUR, dans les salons de Mademoiselle LABBE, ou dans différentes salles publiques ou privées, les manifestations consacrées aux arts plastiques se multiplient ("Présentation" de tableaux organisée par les Combe (1944) ; Salon de la libération (1945) ; Ligne, volume, couleur (1946) ; exposition d'artistes régionaux (1947-1948) ; d'art religieux moderne (1950) ; Salon des Artistes d'Auvergne ; etc.). C'est ainsi que Gilbert BELIN découvrira nombre d'artistes de l'immédiat avant et après-guerre, dont Bernard BUFFET, Jean CARZOU ou Edouard GOERG, pour lesquels il éprouvera une admiration durable et dont les oeuvres ne seront pas sans incidence sur son travail ultérieur.
Après mûres réflextions, G. BELIN opte pour l'enseignement et intègre l'Education Nationale en 1949. Il est nommé professeur d'éducation artistique conjointement aux collèges de Brassac-les-Mines et de Saint-Eloy-les-Mines. Loin d'être contraignante, cette double affectation stimule le jeune enseignant, qui voit plutôt dans les contacts multipliés avec les scolaires une garantie contre la routine. Il sera par la suite affecté à Brassac, où il s'installe définitivement. Elu à la maire de Brassac (1971), Conseiller Général du canton de Jumeaux (1970) et Sénateur (1974), Gilbert BELIN mènera de front carrières politique et professionnelle, consacrant beaucoup de son temps aux affaires culturelles et tenant trop à l'enseignement pour y jamais renoncer. Même il prendra la suite de GOURNIER, dans les années 1980, donnant des cours de sculpture à l'Ecole des Beaux-Arts. Ce retour au sein de l'Ecole, dont le directeur est alors Serge HELIAS, constitue un autre grand moment de sa carrière. Extension de ses activités pédagogiques, Gibert BELIN a participé à plusieurs missions culturelles, incluant l'enseignement des arts plastiques, au Maroc. Membre de la Société des Artistes d'Auvergne à partir des années 1960, Gilbert BELIN a participé assez régulièrement aux expositions et "Salons d'Automne" de la Société. Aujourd'hui, Gilbert BELIN anime plusieurs ateliers d'arts plastiques (Brassac-les-Mines, Issoire, Maison Centrale de Riom) et se consacre avec jubilation à la peinture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.